La pénurie de compétences en informatique influe sur les décisions d’investissement des entreprises, d’après un rapport MuleSoft

  • Selon une nouvelle enquête publiée par MuleSoft, 90 % des responsables informatiques français considèrent que la Grande Démission a créé des pénuries de compétences au sein de leur département.
  • Plus d’un tiers (38 %) des organisations françaises prévoient d’utiliser davantage d’outils low et no-code dans les 12 prochains mois.
  • Basé sur une enquête menée auprès de 100 responsables informatiques en France, le rapport 2022 IT Leaders Pulse fournit des informations sur les problématiques rencontrées par les organisations au niveau de leur personnel et de leurs process et sur le plan technologique.

Paris, le 3 octobre 2022 — Selon une nouvelle enquête publiée par MuleSoft, les difficultés à recruter du personnel qualifié en informatique influent fortement sur les décisions d’investissement des organisations. Le rapport 2022 IT Leaders Pulse révèle que deux tiers (66 %) des responsables informatiques en France reconnaissent n’avoir jamais éprouvé autant de difficultés à attirer des talents. Pour près de l’intégralité (99 %) des répondants, cette problématique a une influence sur les décisions d’investissements technologiques dans leur organisation.

Le rapport révèle également que les responsables informatiques d’aujourd’hui utilisent les nouvelles technologies pour créer des expériences plus personnalisées pour leurs employés et clients. En effet, pour la majorité (92 %) d’entre eux, ces expériences sont désormais aussi importantes que les produits et services proposés par leur organisation. 8 répondants sur 9 considèrent l’amélioration des technologies proposées aux clients (92 %) et employés (89 %) comme essentielle à la compétitivité de leur entreprise.

« Les circonstances économiques défavorables rendent les nouvelles technologies encore plus indispensables à la réussite de toutes les équipes de l’entreprise, forces de vente, service client, marketing, commerce et IT inclus », déclare Matt McLarty, directeur technique monde chez MuleSoft. « Cependant les responsables informatiques peinent à recruter pour répondre à cette demande accrue ce qui remet en question l’approche traditionnelle. Il leur faut désormais apporter des améliorations aux processus globaux de l’entreprise grâce à l’automatisation. Ceci leur permettra d’encourager l’innovation, d’améliorer leurs expériences utilisateurs, et d’enregistrer une croissance pérenne. »

L’impératif de recrutement influence les décisions d’investissements technologiques

Neuf personnes sur dix (93 %) reconnaissent l’importance extrême d’investir dans leur personnel. La majorité des répondants prévoient d’investir dans le bien-être (77 %) et la formation (82 %) de leurs équipes informatiques au cours des 12 prochains mois, avant même d’en augmenter les effectifs (60 %). Le rapport souligne que :

  • La « Grande Démission » a engendré un manque de personnel qualifié dans l’ensemble des services IT: la majorité (90 %) des responsables informatiques de France affirment que le phénomène de la « Grande Démission » a débouché sur un déficit de compétences dans leur service, principalement au sein des équipes de sécurité (39 %), et de celles chargées de la gestion du cloud et des infrastructures (38 %).
  • Les organisations font le choix de l’automatisation et du libre-service : de nombreux responsables informatiques optent pour des initiatives axées sur l’automatisation et le libre-service pour faire face à un déficit croissant de compétences. Ainsi, 49 % des organisations de tous les secteurs automatisent leurs tâches et processus, et 44 % permettent à leurs salariés non qualifiés techniquement de répondre eux-mêmes à leurs besoins.
  • Les performances des responsables informatiques sont mesurées sur la base de l’expérience utilisateur : plus de la moitié des DSI sont désormais évalués en fonction de la productivité des employés (54 %). La réduction et l’optimisation des coûts (39 %), l’expérience client (48 %) et l’expérience collaborateur (43 %) sont également des critères importants.

Améliorer les processus pour stimuler l’innovation et accroître l’efficacité

Bien que l’expérience soit un paramètre essentiel, la mise en œuvre d’une stratégie axée sur l’individu à travers les équipes informatiques et métiers passe par des processus efficients. Près de la moitié des responsables informatiques (48 %) estiment en effet que les processus collaboratifs entre les deux doivent être considérablement améliorés :

  • Les processus informatiques actuels créent des tensions : plus de trois quarts (78 %) des responsables informatiques affirment que leurs processus informatiques existants nuisent à leur productivité. Ces problématiques auraient également un impact négatif sur leur capacité d’innovation (75 %), l’adoption de technologies (87 %), l’expérience client (82 %), et l’expérience collaborateur (85 %).
  • L’amélioration des processus parmi les priorités : plus de la moitié (53 %) des responsables informatiques considèrent ce paramètre comme une priorité pour leur organisation au cours des 12 prochains mois.
  • Fusionner les équipes pour accroître l’efficience des processus : la majorité des répondants cherchent à créer des équipes transverses pour améliorer leurs processus et résoudre leurs problématiques. Plus de deux tiers (68 %) des organisations ont initié ou achevé une telle procédure, et 19 % prévoient de le faire dans les 12 prochains mois.

Parmi les organisations ayant déjà mis en place des équipes transverses, 55 % des responsables informatiques considèrent que celles-ci ont été très efficaces pour aider l’entreprise à atteindre ses objectifs.

L’automatisation et les outils no/low-code pour gagner en rendement et améliorer l’expérience utilisateur

La montée et le développement de compétences grâce aux nouvelles technologies sont des vecteurs de croissance. Les organisations utilisent des technologies de pointe pour créer de nouvelles expériences clients et collaborateurs. Mais bien que cette stratégie permette de gagner en agilité, plus de la moitié (58 %) des responsables IT estiment que cette approche expose leur entreprise a une complexité supplémentaire.

  • Les intégrations restent problématiques : les responsables IT estiment en majorité que leurs projets d’intégration de données ou de systèmes mettent trop de temps (51 %) et sont trop coûteux (54 %). En parallèle, 67 % des répondants reconnaissent que ce manque d’intégration crée une expérience client déconnectée. C’est pourquoi l’ensemble d’entre eux tient compte de la capacité d’intégration des outils avec les systèmes existants avant de réaliser de nouveaux investissements.
  • Les entreprises se tournent vers des outils low/no-code : nombreux sont les responsables à s’orienter vers des outils low/no-code pour permettre à leurs utilisateurs de créer et tester de nouvelles expériences. Presque toutes les organisations (94 %) s’appuient désormais sur de telles technologies, et 38 % prévoient même d’en accroître l’utilisation au cours des 12 prochains mois.
  • Malgré une marge de progression, l’automatisation gagne en maturité : beaucoup d’organisations ont implémenté des technologies d’automatisation pour améliorer leurs expériences clients et la qualité de leurs produits. Près de deux tiers (64 %) ont automatisé la plupart ou la totalité de leurs opérations IT, et nombre d’entre elles ont mis en œuvre de tels outils à des niveaux similaires dans d’autres fonctions — assistance client (57% ), finance (62 %), marketing (50 %), ventes (51 %) et RH (50 %).

« Compte tenu du climat économique actuel, les responsables informatiques n’ont pas le choix : il leur faut faire plus avec moins. Ils disposent de tous les outils nécessaires pour permettre à leurs utilisateurs de développer et mettre à profit leurs compétences numériques pour soutenir la croissance et accroître la productivité de leur organisation. En automatisant leurs processus lorsque c’est possible, les dirigeants peuvent créer plus rapidement de la valeur et accélérer l’innovation », poursuit Matt McLarty.

Plus d’informations :

Méthodologie

Le rapport IT Leaders Pulse de MuleSoft a été rédigé en partenariat avec Vanson Bourne à l’issue d’entretiens réalisés avec 1 000 responsables informatiques à travers le monde. L’enquête a été menée sur les mois de juin et juillet 2022 aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Australie, à Singapour, à Hong Kong et au Japon. Seuls des candidats aux profils pertinents et validés à l’issue d’un processus de sélection complexe et rigoureux ont pu y prendre part. Tous les répondants travaillent dans des organisations du secteur public ou privé comptant au moins 1 000 salariés, et occupent des postes de responsables de services ou intermédiaires au sein d’une équipe informatique.

À propos de MuleSoft, filiale de Salesforce

Avec MuleSoft, fournisseur de la plateforme leader d’intégration et d’API, les entreprises peuvent décloisonner et intégrer leurs applications et données afin de créer plus rapidement des expériences connectées. Pour plus d’informations, rendez-vous sur mulesoft.com/fr.

À propos de Salesforce

Salesforce (NYSE : CRM), le leader mondial du CRM, aide les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs à opérer leur transformation numérique et à bénéficier de technologies puissantes leur offrant une vue à 360° de leurs clients. Pour plus d’informations, connectez-vous à Salesforce : Web | Twitter | LinkedIn | YouTube

MuleSoft est une marque déposée de MuleSoft, Inc., filiale de Salesforce. Toutes les autres marques sont la propriété de leurs propriétaires respectifs.

L'équipe Rumeur Publique pour MuleSoft :
salesforce@rumeurpublique.fr
Marion LARIVIERE | tél : 06 28 11 07 75 - marion.lariviere@rumeurpublique.fr
Rebecca BIRNA | tél : 06 35 27 23 41 - rebecca.birna@rumeurpublique.fr